L’IMPÉRATRICE

Label : Artistes 2018

L’Impératrice, à la fois paravent et avatar mystérieux autorisant à susciter le fantasme, n’est que le nom matérialisé de ce que le groupe parisien à six têtes couronnées exprime musicalement : une certaine sensibilité, de féminité et d’élégance. La Wonder Woman du sentiment est devenue depuis l’un des piliers du renouveau pop à la française.

Bien que la poignée de titres disponibles (3 EP dont «Odyssée» en 2015 qui marque ​l’arrivée d’une voix impériale incarnée par la chanteuse Flore Benguigui et le début de l’attention portée au projet)​, comptabilise aujourd’hui plusieurs dizaines de millions de streams, le groupe a fait le choix net d’être indépendant. Et pour grimper une marche vers le trône et prolonger le voyage en famille, à l’été 2016 L’Impératrice rejoint microqlima records (Pépite, Isaac Delusion…), le label fondé par Antoine Bigot, conseiller de l’ombre depuis la première rencontre il y a quelques années.

L’infinité de facettes de la plus célèbre espionne porte en reflet la diversité de genres de ce premier album. La thématique est romanesque : on écoute la bande originale du feuilleton Matahari. Dans ce roman de gare peuplé de personnages sans visages, le premier single «Erreur 404» était un roman photo à l’eau de rose, la suite est traversée d’une «superfiction galactique» («Ma Starlight»), de paysages urbains (“J’entends les murmures de la ville…” – «Paris»), et l’on y trouve du disco fantastique, une balade aigre-douce pour la route des «Vacances», des chansons d’amour et de coeurs dépités (“Échec et mat sous la pluie…”), un éloge de la lenteur et une rencontre du 3ème type…

Purs enfants de leur époque, les membres de L’Impératrice inconsciemment distillent la sève de ce qu’ils écoutent tous les jours : le Super Rich Kids de Frank Ocean côtoie dans leurs oreilles Flower Boy de Tyler The Creator ou Unmastered de Kendrick Lamar, jusqu’aux innombrables pépites disco-funk et pop glanées dans les fêtes parisiennes. L’Impératrice transcende aussi un certain héritage français : on peut goûter dans «Vacances» une référence à Cortex et Nino Ferrer, «Là-haut» le Moon Safari de Air, et ailleurs quelques phrases évoqueront Michel Legrand ou François de Roubaix.

L’Impératrice n’est pas une reprise de formules à succès, mais puise de la musique son allure cinématographique, ses secrets les plus retranchés, pour en sertir sa couronne et conquérir 2018. Mythomane inspirée, mythe fascinant traversant les époques, agent triple, séductrice sans scrupules et sans frontières. Si l’espionne se joue des limites, la monarque traverse les époques : c’est la musique de L’Impératrice, s’inspirant de tous horizons et du grand mélange de notre temps.

L'Impératrice ♘ MATAHARI

FacebookTwitterSpotifyInstagram

JEUDI 7 JUIN – 18h

VOTRE PLACE

ARTISTES DU JOUR :

POLO & PANDANTON EEMPROM LIVE! BAND!

LE LIEU :

Théâtre Silvain
Chemin du Pont
13007 Marseille