L’ÉDITION FESTIVAL 2017 – JOUR 1 – THÉÂTRE SILVAIN : METRONOMY + ISAAC DELUSION + OH! TIGER MOUNTAIN

L'ÉDITION FESTIVAL 2017 – JOUR 1 - THÉÂTRE SILVAIN : METRONOMY + ISAAC DELUSION + OH! TIGER MOUNTAIN

08 Jun 2017 Marseille Complet !

Détails

Horaires : 18h30
Lieu : Théâtre Silvain
Addresse : Chemin du Pont
Code Postal : 13007

METRONOMY
En 10 ans et quatre albums, Joseph Mount aura achevé sa métamorphose, construisant de toutes pièces son groupe Metronomy. De Pip Paine, premier album instrumental post-ado et aussi prometteur que maladroit, au sublime Love Letters il y a deux ans, Joseph Mount n’aura cessé de redéfinir les contours de la pop, la mélangeant avec la même aisance aux artefacts électroniques qu’à la mélancolie californienne ou une certaine conception de la soul.
«Pour moi, la musique doit évoquer le mouvement ou donner envie de danser, déclare Joseph, désormais installé à Paris, si les ados n’en ont rien à faire de ce que tu fais, c’est le signe qu’il est temps de se poser les bonnes questions. A chaque fois que je suis en tournée, c’est la première chose que je vérifie avant un concert : est-ce que les jeunes sont devant ? »
Quand Joseph sort l’album Nights Out, le tsunami de hype s’abat sur lui. L’album, classé par le NME parmi les dix meilleurs de 2008, devient culte. «J’ai immédiatement eu envie d’écrire un album qui s’appellerait « 2008 » sur cette année et toute cette folie. »
En 2011, The English Riviera, virée estivale du côté des palmiers de Los Angeles et de Steely Dan avait imposé Metronomy sur la carte mondiale de la pop moderne. En 2014, Love Letters, disque de rupture, épuré, quasi acoustique avait puisé dans l’héritage soul, façon Brian Wilson et les Supremes. Aujourd’hui, de l’électro-disco d’«Old Skool» perturbée par les scratch de Mix Master Mike des Beastie Boys au funk très Princier de «Miami Logic», Summer 08 se permet des embardées déviantes.

ISAAC DELUSION
Disciples rebelles d’Isaac Newton, Loic et Jules entendent déjouer depuis toujours le diktat universel imposé par la loi sur la gravitation, et s’en libérer à travers le voyage sensoriel que procure la musique . En bon fils de la french touch, héritiers folk, aficionados hip-hop et enfants de la nuit, le duo fait rapidement valoir sa vision personnelle de la pop, avec grâce et candeur d’esprit. Dans un univers onirique où la voix de Loic, pétrie d’une émotion palpable, rencontre le savoir faire électronique de Jules, mêlé aux basses de Nicolas, et à la virtuosité multi-instrumentiste de Bastien, la musique d’Isaac Delusion célèbre l’union du rêveur et du somnambule.
Si une seule formule devait résumer le talent transgenre d’Isaac Delusion, elle n’exprimerait qu’un autre secret dans lequel naissent des mélodies suaves, parfois déchirées, amoureuses, savantes et précises. C’est ce qu’a démontré, sans failles, un premier album simplement intitulé « Isaac Delusion », pourtant composé dans l’effervescence d’un public grandissant.
Ce second album : « Rust & Gold » propose un nouveau voyage, – peut-être simplement le voyage retour, une petite nostalgie et quelques blessures, terminée la candeur du premier album.
Du « Voyager » appelant à corps perdu ses semblables de par le vide spatial jusqu’aux foudroyantes femmes de « Black Widow » et « Isabella », les regrets ambigus du « Sinner »… Cet album contrairement au précédent n’est pas fait de chansons mais de contes. De petites observations de la vie amoureuse, interrogeant les choix et chemins qui s’offrent à nous demain.

OH! TIGER MOUNTAIN
De retour de son escapade electro pop au sein du groupe Husbands, Mathieu Poulain a.k.a Oh! Tiger Mountain nous revient toujours plus chatoyant et lumineux avec ‘Altered Man’, troisième LP à paraître le 24 mars 2017, sous son patronyme félin.

Si son titre évoque le changement, c’est bien de transformation dont il est question : O!TM continue ici sa mutation de songwriter minimaliste en producteur prolifique et impérieux.

Du chemin a été parcouru : à l’urgence extatique et aux surprises baroques de son précédent album ‘The Start of Whatever’, s’ajoutent aujourd’hui l’énergie d’une rythmique basse/batterie remuante et une palette sonore enrichie où se côtoient guitares fuzz, envolées lyriques, filtres improbables et autres élucubrations électroniques
Cette production dense et foisonnante reste cependant au service de chansons concises, tirées au cordeau, avec toujours comme fil rouge cette voix rare, affirmée et rocailleuse.

Loin de toute orthodoxie rock, pop ou indie, le Marseillais fait feu de tout bois et se nourrit allègrement d’un demi-siècle de musique : classic rock 70s, pop baroque 60s, indie rock 90s, musiques électroniques d’hier et d’aujourd’hui et autres collages sonores.

Seul aux manettes de son home studio mobile, Mathieu Poulain continue de frayer son chemin dans l’indie rock, s’affranchissant cette fois des choix esthétiques du lo-fi tout en ne reniant pas une forme de DIY et de contemplation béate, n’hésitant pas à faire le grand écart entre le travail léché et obstiné des années 70 et l’urgence technologique du XXI° siècle.